Archive for the 'Barthes' Category

Roland Barthes, 1977

2 novembre 2006

Io desidero il mio desiderio, e l’essere amato non è più che il suo accessorio. Mi esalto al pensiero di una così nobile causa, che non tiene nel minimo conto la persona che ho preso a pretesto (felice di potermi innalzare sminuendo l’altro): io sacrifico l’immagine all’Immaginario. E se un giorno dovessi decidermi di rinunciare all’altro, il violento lutto che mi colpirebbe sarebbe il lutto dell’Immaginario: era una struttura cara, e io piangerei la perdita dell’amore, non già la perdita di questa o quella persona. L’altro è dunque annullato e da questo annullamento, io ricavo un sicuro vantaggio; non appena sono minacciato da un dolore accidentale (per esempio, un’idea di gelosia), lo riassorbo nella magnificenza e nell’astrazione del desiderare ciò che, non essendoci, non può ferirmi.

Annunci

Roland Barthes, 1978

23 ottobre 2006

Ce que je souhaiterais pouvoir renouveler, c’est la manière de «tenir» un discours sans l’imposer: ce sera là l’enjeu méthodique, la quaestio, le point à débattre. Car ce qui peut être oppressif dans un enseignement, ce n’est pas finalement la culture qu’il véhicule, ce sont les formes discursives à travers lesquelles on les propose. Et je me persuade de plus en plus, soit en écrivant, soit en enseignant, que l’opération fondamentale de cette méthode de déprise, c’est, si l’on écrit, la fragmentation, et, si l’on expose, la digression, ou pour le dire d’un mot précieusement ambigu: l’excursion. J’aimerais donc que la parole et l’écoute qui se tresseront ici soient semblables aux allées et venues d’un enfant qui joue autour de sa mère, qui s’en éloigne, puis retourne vers elle pour lui rapporter un caillou, un brin de laine, dessinant de la sorte autour d’un centre paisible toute une aire de jeu, à l’intérieur de laquelle le caillou, la laine importent finalement moins que le don plein de zèle qui en est fait. Lorsque l’enfant agit ainsi, il ne fait rient d’autre que de dérouler les allées et venues: d’un désir, qu’il présente et représente sans fin.