Roland Barthes, 1978

23 ottobre 2006

Ce que je souhaiterais pouvoir renouveler, c’est la manière de «tenir» un discours sans l’imposer: ce sera là l’enjeu méthodique, la quaestio, le point à débattre. Car ce qui peut être oppressif dans un enseignement, ce n’est pas finalement la culture qu’il véhicule, ce sont les formes discursives à travers lesquelles on les propose. Et je me persuade de plus en plus, soit en écrivant, soit en enseignant, que l’opération fondamentale de cette méthode de déprise, c’est, si l’on écrit, la fragmentation, et, si l’on expose, la digression, ou pour le dire d’un mot précieusement ambigu: l’excursion. J’aimerais donc que la parole et l’écoute qui se tresseront ici soient semblables aux allées et venues d’un enfant qui joue autour de sa mère, qui s’en éloigne, puis retourne vers elle pour lui rapporter un caillou, un brin de laine, dessinant de la sorte autour d’un centre paisible toute une aire de jeu, à l’intérieur de laquelle le caillou, la laine importent finalement moins que le don plein de zèle qui en est fait. Lorsque l’enfant agit ainsi, il ne fait rient d’autre que de dérouler les allées et venues: d’un désir, qu’il présente et représente sans fin.

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: